Etude généalogique

Généalogiste professionnel : Rôle, définition, domaine d'intervention. Recherches généalogiques en France. Transcriptions de textes anciens (paléographie).

 

- Accueil

 

- L’établissement de votre généalogie

 

- Transcriptions de documents anciens

 

- Recherches historiques et documentaires

 

 

- Pour en savoir plus

 

- Liens

 

 

[Accueil]

 

Le généalogiste professionnel cherche à mettre à votre disposition son savoir-faire et son expérience en matière de recherches généalogiques et historiques.

 

Les pages de ce site ont pour objet de vous fournir toutes les informations que vous pouvez souhaiter sur l'activité ; bien entendu, elles ont également le but de vous donner envie de faire appel au service d'un généalogiste professionnel  ! Avant de vous laisser découvrir les multiples facettes du métier, nous allons essayer de définir le rôle du généalogiste professionnel et les domaines d’intervention d'une étude.

 

 

Mais qu’est-ce qu’un généalogiste professionnel ?

 

Les généalogistes amateurs, de plus en plus nombreux à fréquenter les dépôts des d’archives départementales, s’interrogent souvent sur le rôle d’un généalogiste professionnel, et sur les services que celui-ci peut leur proposer. Bien que très ancienne, la profession de généalogiste est en effet très mal connue du grand public, y compris des lecteurs des revues spécialisées !

 

Il convient en premier lieu de préciser qu’il existe deux catégories de généalogistes professionnels :

 

·      Les généalogistes dits successoraux, qui recherchent des héritiers (ou descendants), dans le cas de successions restées vacantes. Ces généalogistes travaillent essentiellement sur les XIXe et XXe siècles.

 

·      Les généalogistes dits familiaux, qui recherchent des ancêtres (ou ascendants) afin d’établir un « arbre généalogique », le plus souvent pour le compte de particuliers. Pour mener à bien leurs dossiers, ces professionnels doivent travailler sur une période beaucoup plus longue : de l’Ancien Régime (XVIe-XVIIIe siècles) à nos jours, et utiliser des documents très variés.

 

Il existe une Chambre Syndicale des Généalogistes et Historiens .

 

 

Qu’attendre d’un généalogiste familial ?

 

De très nombreux services ! S’il est impossible de tous les énumérer ici, voici quelques précisions :

 

·      Utiliser d’autres sources. Le généalogiste amateur travaille essentiellement sur les registres d’état civil et paroissiaux. Sans négliger ces registres - qui permettent de tisser la trame d’une généalogie - le professionnel saura mettre à profit d’autres sources, beaucoup moins connues et d’un maniement souvent plus complexe.

 

·      Faire revivre vos ancêtres. Grâce à ces autres sources, le généalogiste cherchera à « faire revivre » vos ancêtres (profession, situation financière, convictions religieuses, cadre de vie etc...) sans se limiter aux « trois dates » (naissance, mariage, décès) que les registres paroissiaux se bornent souvent à indiquer. Savez-vous qu’il est parfois possible de connaître les lectures d’un « honnête homme » du XVIIe siècle, ou le signalement physique d’un paysan du XVIIIe ?

 

·      Aller plus loin dans le temps. Les registres paroissiaux permettent rarement de « remonter » une généalogie avec certitude au-delà de la fin du XVIIe siècle. Là encore, le généalogiste professionnel s’efforcera de trouver les documents permettant d’aller plus loin. Et contrairement aux idées reçues, les nobles ou les riches bourgeois ne sont pas les seuls à avoir laissé des traces dans les archives les plus anciennes...

 

·      Lire « l’illisible ». Il arrive souvent qu’un amateur découvre - parfois après de longues recherches - un document essentiel à l’établissement de sa généalogie, mais qu’il ne parvienne pas à le lire, et donc à en saisir le sens exact. Dans ce cas, le recours à un spécialiste de la paléographie est bien entendu la meilleure solution. A certaines époques (aux XVIe et XVIIe siècles, notamment), les clercs avaient en effet adopté tout un système d’abréviations qu’il est impossible de comprendre sans une longue pratique des documents anciens.

 

·      Signalons enfin que les études disposent souvent d’une documentation et d’instruments spécifiques (fichiers et bases de données) particulièrement utiles pour les recherches.

 

 

 

 

 



[1] Paléographie : science qui permet de déchiffrer les écritures anciennes.